L’Inrae (Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement) a récemment fait le point sur les recherches en cours issues du mouvement One Health - une seule santé. Dans un contexte délicat, l’approche One Health vise à impliquer l’ensemble des acteurs de la santé humaine, animale et environnementale dans une réflexion commune.
Vient ensuite la question de la prévention. Olivier Geffard, directeur de recherche de l'unité RiverLy a pour mission la surveillance chimique des milieux aquatiques, “dans l'objectif de s'assurer du maintien de la santé des écosystèmes aquatiques”. Cette surveillance repose sur la mesure des taux de micropolluants (hydrocarbures, pesticides, etc.) sur certaines zones aquatiques, à l'aide de l'étude de l'intérieur des organismes vivants dans ces zones, qui concentrent les contaminants. “Cette approche du biologique permet une meilleure caractérisation de la contamination chimique de l'eau [par rapport à une analyse du taux de polluants dans un volume d'eau]”, explique Olivier Geffard.
Samuel Soubeyrand, lui, est directeur de recherche de l'unité Biostatistique et Processus Spatiaux. Il pratique l'épidémiosurveillance, une méthode d'analyse mise en avant pendant la crise du SARS-CoV-2. “L'alerte sanitaire que la Chine aurait pu émettre à l'époque aurait certainement permis de déceler cette maladie émergente, désormais connue sous l'appellation de Covid-19. La bataille de la détection a été perdue”, déclare-t-il. “La gagner nous aurait permis d'anticiper l'épidémie, d'adapter les plans d'actions et de lutte sanitaire, ou encore d'initier des recherches de laboratoire spécifiques au SARS-CoV-2.” Pour détecter de manière précoce les potentielles épidémies futures, l'épidémiosurveillance repose sur deux leviers, d'après M. Soubeyrand : l'analyse des données métagénomiques des populations, et l'analyse des “autres” données, celles des réseaux sociaux, des recherches internet de symptômes, de la fréquentation des parkings hospitaliers, etc.

Dans un contexte économique de plus en plus concurrentiel, la santé des collaborateurs d’une entreprise est devenue ces dernières années, un facteur important de croissance. Investir sur la plus grande richesse d’une entreprise qu’est le capital humain, c’est améliorer la compétitivité et la productivité de chaque structure professionnelle. Les études scientifiques sont unanimes sur le sujet. L’amélioration de la qualité de vie au travail augmente de manière significative les performances d’une entreprise.
Cette discipline tient une place particulière dans l’approche One Health s’appuie sur le fait que certains animaux souffrent d'un grand nombre de maladies bactériennes, virales, parasitaires aigües ou chroniques (maladies cardiovasculaires, cancer, diabète, asthme, arthrite..) que les humains et que certaines de ces maladies peuvent passer de l’animal à l’homme et réciproquement (grippe, tuberculose par ex.). Certaines maladies ont même été détectées et étudiées chez l’animal bien avant d’être reconnues chez l'homme (l’insuffisance cardiaque induite par le stress en élevage ou dans la faune sauvage a été décrite une trentaine d'années avant d’être reconnue chez l'homme23. Des médecins et anatomistes de l’antiquité avaient bien compris que la dissection et l'étude des animaux malades pouvait aider à comprendre les maladies humaines24, notamment pour les troubles musculo-squelettiques. De Galen à William Harvey, l’anatomique comparative et les études physiologiques utilisant des animaux ont permis des progrès importants en médecine (c’est par exemple ainsi que Frederick Banting et Charles Best ont découvert l'insuline25).
Helping to confirm the success of the model was the recent decision by the Massachusetts Department of Public Health to expand mobile addiction services, including the Kraft Center's program, as well as a report in March 2019 by the state's Harm Reduction Commission that praised Community Care in Reach as a best practice program for addressing opioid addiction.
Visit your doctor if you have any health concerns. If you have any issues that are making you feel like you need to do a detox, then you might have an underlying health issue. If this is the case, it’s much better to handle that health issue with professional medical help. Don’t hesitate to visit your doctor for an exam if you think something might be wrong. This is the best choice to protect your health.[12]
×